Vos expériences, vos témoignages – Part 8 : Mahie en Asie

J’avais pris une année sabbatique entre 2011 et 2012. J’avais commencé à sillonner l’Amérique du Nord et l’Océanie. Après ces premiers mois, je trouvais que le côté humain manquait à mon voyage. Bien sûr je rencontrais d’autres voyageurs mais je voulais être en rupture totale avec ce que j’avais quitté quelques mois auparavant. J’avais déjà pensé au bénévolat lors de mes précédents voyages mais je n’avais jamais essayé.

Je suis entré en contact avec IHF, une ONG américaine dont le but est de promouvoir l’éducation des enfants, pour devenir bénévole dans le centre de Bali. Le centre est dans un petit village de pêcheur. Le matin les enfants vont à l’école d’état et l’après-midi, ils viennent au centre. Ils suivent des cours d’anglais, d’indonésien, de mathématique et maintenant d’informatique. Selon la situation de la famille, l’enfant reçoit de l’argent pour continuer à étudier. Bali étant une destination touristique par excellence, on suit un programme qui permet aux enfants d’avoir un vocabulaire basique pour des jobs en relation avec le tourisme. J’ai été très vite adopté par le village invité à boire le thé ou café d’une maison à l’autre, invité à des cérémonies religieuses. A la fin de mon trop court séjour (3 semaines), je commençais à comprendre l’indonésien.

J’ai fait à nouveau du bénévolat avec l’association Travel to Teach au nord de la Thailande où j’étais à nouveau prof d’Anglais. Je donnais les cours le matin dans une école locale et le soir dans un monastère. C’était un très bon moyen de découvrir la culture bouddhiste. J’ai rencontré un bénévole qui m’a convaincu de faire du bénévolat dans un orphelinat et m’a donné le contact d’une ONG au Cambodge. J’ai donc rejoint New Futures Organisation à centaines de kilomètres de la capitale cambodgienne. L’après-midi, je donnais des cours d’anglais à des enfants à des villages alentours. La soirée j’allais m’occuper des enfants de l’orphelinat. Les enfants se sont très vite sentis à l’aise malgré le peu de temps que je suis resté.

 

Finalement de mon voyage ce sont ces moments qui me reviennent le plus aujourd’hui pas les paysages et les monuments. Ce sont ces pays où j’ai envie de retourner pour voir comment les enfants ont grandi et pour tenir mes promesses.

 

Ce que ça rapporte? Aux enfants, j’espère quand leur avoir appris des mots d’anglais malgré mon niveau. En tout cas, si je devais faire une reconversion, ça ne sera pas en tant que professeur, les enfants m’ont plus pris comme un compagnon de jeu que pour un prof. Aujourd’hui, je vois le voyage autrement, je suis plus sensible à savoir à qui profite vraiment l’argent que je mets dans une excursion.

      

Ce témoignage vous a plu ?
Retrouvez d’autres expériences partagées par des bénévoles et des associations sur PLANET’NGO Stories.
Advertisements

About PLANET'NGO

President founder of the association PLANET'NGO Through our trilingual community Web portal and by engaging numerous networks, PLANET’NGO promotes small associations working for solidarity and the environment with few means by which to spotlight their work and gain support. We make their projects and needs known to the general public, who can then help bring their objectives to fruition. You Can Help!
This entry was posted in Bénévolat, ONG, Témoignage and tagged , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s